Home  »  Fonds conservés  »  Période pré-coloniale  »  Série historique

Série historique

La série historique revêt une grande importance du fait qu’elle renferme d’amples informations assez précises sur différentes questions relatives à l’histoire moderne de la Tunisie, elle se complète par le fonds des registres fiscaux et administratifs.

Les documents de la série historique ont été rassemblés en 1874 et 1875 à l’époque du grand Vizir Kheireddine puis leur organisation s’est poursuivie avec Mohamed Karoui nommé à la tête des Archives en 1887. il a transféré des documents à partir du palais de Bardo (où réside le Bey) et les a organisé selon les administrations d’origine respectant ainsi le principe archivistique sacro-saint de la provenance.

Le volume de cette série est estimé à 92,5 mètres linéaires de documents répartis entre 4410 dossiers. Quelques documents seulement remontent au XVIIe siècle et même au XVIe siècle, mais la majorité des documents couvre le XVIIIe siècle et notamment le XIXe siècle.

Les documents de la série historique reflètent les activités des différentes structures de l’Etat tunisien et les rapports de la population avec le pouvoir central et ses représentants au niveau régional et local et en particulier les "Caid". Ils nous renseignent également sur les relations extérieures du pays. Ainsi, ces documents sont assez diversifiés selon les différentes structures d’origine. On y trouve : des décrets beylicaux, des correspondances administratives, des traités et conventions signés avec des pays étrangers arabes ou autres, des correspondances avec l’Empire Ottoman, des firmans et d’autres documents officiels et administratifs.

Cette série est divisée en six parties reflétant l’organisation des structures de l’Etat tunisien à l’époque husseynite :

  • La première partie : elle intéresse les beys et les princes de la famille husseynite, les hommes d’Etat et les hauts fonctionnaires.
  • La deuxième partie : elle concerne quelques structures de l’Etat et notamment "Beit–el mal" ; le Conseil municipal de Tunis, le Journal officiel "El raid ettounsi", les habous. Signalons aussi une partie fort intéressante, les correspondances des Caids avec le Grand Vizir et le Bey très riches en informations sur la situation économique, sociale et politique au niveau régional et local.
  • La troisième partie : elle est consacrée aux affaires financières notamment la fiscalité, l’organisation de l’administration de finances, la dette tunisienne, la Commission financière, le budget de l’Etat et toutes les autres questions ayant trait aux finances du pays qui ont connu une grave crise pendant la deuxième moitié du XIXe siècle ce qui a nécessité l’application de réformes ayant touché l’administration des finances.
  • La quatrième partie : elle concerne les affaires judiciaires, soit la justice "charâique" et les juridictions créées au lendemain de la constitution de 1861. Nous signalons spécialement les documents relatifs aux affaires portées devant les "Cours criminelles" et le Conseil prud’homme.
  • La cinquième partie : elle est consacrée aux affaires militaires et notamment le ministère de la Guerre et le ministère de la Marine. Les documents concernent l’organisation de ces deux ministères et leurs activités, les rôles des armées, l’insurrection de 1864, ainsi que les correspondances du ministère de la Guerre et celui de la Marine au Grand Vizir pendant la deuxième moitié du XIXe siècle.
  • La sixième partie : elle se compose de dossiers relatifs aux relations de la Tunisie avec l’étranger. On y trouve les traités et conventions signés avec les pays étrangers et notamment ceux de l’Europe pendant le XVIIIe et le XIXe siècles, ainsi que les documents consulaires et les dossiers des missions et des visites effectuées par des personnalités tunisiennes à l’étranger. En outre, plusieurs documents concernent l’organisation du ministère des Affaires étrangères et ses activités après 1860.
Création et développement du site Web Design Tunisie